Syndication Derniers articles

Assurance : Objets Connectés - Christian Parmentier

Christian Parmentier - Fondateur du LAB

solucom lb 141201

Les Objets Connectés envahissent peu à peu le quotidien des français. L'an prochain, on en comptera 12,5 milliards dans le monde.
Gadget, mode éphémère ou réelle évolution des modes de consommation, ils se retrouvent dans tous les domaines de vie privée, non sans poser quelques soucis en termes de confidentialité...
Des applications au domaine de l'Assurance sont déjà à l'ordre du jour, mais le champ reste ouvert à de nombreuses innovations, notamment autour de l'automobile, l'habitation, la santé.

Comment intégrer ces nouveaux outils dans le métier de l'assureur ?

C'est la réflexion menée par les experts de SOLUCOM « Assurance, comment négocier le virage des objets connectés ? »
télécharger le livre blanc

Mots clés : objets connectés
Lectures : 75
Noter cet article
0 votes

A nouveau consommateur, nouvel assureur ? Luc Balleroy

Luc Balleroy, Directeur Général d'OpinionWay, Directeur d'InnovativeWay

Synthèse du Colloque Cercle Lab qui s'est tenu le 7 octobre 2014

Préambule
Le Cercle Lab m'a confié la tâche à la fois très honorifique mais aussi délicate de faire la synthèse de ce colloque dont le thème était : A nouveau consommateur, nouvel assureur ? Une mission en effet délicate en raison de la richesse des interventions et de la qualité des intervenants qui se sont succédés pendant toute cette journée. Aussi j'en appelle par avance à l'indulgence de chaque orateur dans le cas, fort probable, où toute la densité de leurs propos ne serait pas ici retranscrite. Mais c'est aussi là l'objet d'une synthèse que de faire de différents éclairages et points de vue une narration originale qui n'est pas la simple juxtaposition des propos des uns et des autres.

En un peu plus d'une dizaine d'années le monde dans lequel nous vivons et intervenons a profondément changé. Deux facteurs sont à l'origine de ce changement radical comme l'ont évoqué à la fois Serge Soudoplatoff et Jean-Hervé Lorenzi.

Le premier facteur est que nous opérons dans un monde hyper connecté. Hyper pour plusieurs raisons. D'un point de vue spatial, nous sommes potentiellement reliés à tout le monde et en tout lieu. D'un point de vue temporel, cette connexion peut s'établir à tout moment et de façon instantanée. Enfin, d'un point de vue technique nous sommes connectés les uns aux autres par la voix, l'image, les sms, les mails, les réseaux sociaux, les forums et les applications sociales. Un ensemble d'éléments qui conduit à la prégnance de l'immédiateté, et qui nous place dans des logiques de réactions plutôt que de réflexion.

...
Mots clés : nouveau consommateur
Lectures : 147
Noter cet article
0 votes

N'enterrez pas la valeur client sous le digital ! Christian Parmentier

Christian Parmentier - Fondateur du LAB

Par nature, la rentabilité de l'activité d'Assurance de risque repose en grande partie sur la maîtrise technique. Branche, catégorie, sous-catégorie, contrat,... sont autant de critères nécessaires pour apprécier la qualité de la tarification et la pertinence des normes de souscription.
C'est l'essence même du métier !
Alors quand on évoque la Rentabilité-Client, on comprend pourquoi l'accueil a toujours été « un peu frais ». En effet, le client individuel ne peut « compenser son risque conformément aux lois de la statistique » comme l'énonce la définition de l'Assurance...Soit il n'a pas de sinistre, alors il est très rentable, soit il en a et il lui faudra de longues années de primes pour en amortir les coûts!

La Valeur Client doit donc, sans ignorer les fondements techniques de l'Assurance, proposer d'autres bases qui permettent de bâtir des politiques intelligentes en termes de :
- rétention/ fidélisation
- reconnaissance
- attraction de nouveaux clients
- multi-équipement
- relation client
- ...
Mais il n'est pas aisé d'accorder toutes les parties prenantes d'une compagnie sur des critères communs (Auto, MRH, Santé, Vie, Prévoyance, Epargne, ...)
Depuis de nombreuses années, certains assureurs s'y sont attelés. Leur travail n'a pas toujours débouché sur des applications concrètes. Il faut néanmoins persévérer en évitant les usines à gaz, les conflits inter-directions et avec les réseaux, ...
C'est la recherche qu'a effectuée Annie DILLARD (Directrice Marketing du groupe PREVOIR) dans le cadre de son MBA ; et c'est le 9 décembre qu'on vous propose d'en parler, avec le concours de la MAAF et de SOGESSUR.

En savoir plus : http://www.cerclelab.com/conferences/1222-2014-12-09-matinale-valeur-client.html

Mots clés : valeur client
Lectures : 702
Noter cet article
0 votes

Le digital est-il soluble dans la gestion de patrimoine ?

Web 2.0, Big data, dématérialisation, tablettes, smartphones, le digital continue de changer le quotidien des individus et des entreprises. Le secteur du commerce a déjà été révolutionné, celui des services financiers accélère sa mutation.

Aujourd'hui, le secteur de la gestion de patrimoine est encore relativement peu impacté, probablement parce que la relation humaine entre un expert et son client est prépondérante. Mais la gestion de patrimoine demeurera- t'-elle le petit village gaulois qui résiste encore et toujours à l'envahisseur ou rejoindra t'-elle cette évolution ?
- Quel est l'état des lieux de la révolution digitale ?
- Comment cette révolution a-t-elle commencé à se diffuser dans les métiers de la gestion de patrimoine ?
- Quelles sont les évolutions futures qui pourraient impacter la gestion de patrimoine ?

Pour tenter de répondre à ces questions, le LAB organise le 27 novembre prochain une Matinale animée par Serge Moreno, Directeur Marketing Epargne et Clientèle Patrimoniale - AG2R LA MONDIALE

Ces exposés seront suivis d'une table ronde animée par l'Agefi Actifs autour des thématiques :
• Dématérialisation et approche multicanale modifieront-elles l'approche commerciale ?
• Le développement du Big Data révolutionnera-t-il la connaissance clients ?
• De nouveaux acteurs émergeront-ils avec un nouveau business model plus "digital" ?
• La superposition des outils et des canaux de distribution aboutiront-ils à une segmentation plus fine des clients patrimoniaux ?
Avec les interventions de :
Jean-Baptiste Roudillon, Directeur Marketing - LCL Banque Privée
Jonathan Herscovici - Founder & CEO - Anatec
Marc Sabatier, Partner - SterWenn
Sylvain Fagnent, Consultant - Octo Technology

Pour vous inscrire : http://www.cerclelab.com/conferences/1217-insc-conf-gestionpatrimoine-27nov-2014.html

Mots clés : digital, gestion patrimoine
Lectures : 144
Noter cet article
0 votes

Un Livre Blanc sur l’employabilité des Séniors et futurs Séniors - Lionel Tourtier

Lionel TOURTIER – Délégué Général - GENERATIONS ERIC - SILVERLIFE Institute

Le marketing des Séniors constitue, à juste titre, un thème majeur au regard des espoirs et des promesses de croissance de la SilverEconomie. Le pouvoir d'achat de cette catégorie de nos concitoyens est évalué à 150 milliards, même si une analyse plus fine en termes de segmentation conduit à chiffrer le segment réellement porteur en puissance de consommation à quelques 20 % de la tranche d'âge 50 à 95 ans et plus. Il faut aussi aborder les dépenses liées à l'accompagnement du bien vieillir à domicile (E-santé, Téléassistance, objets connectés en gérontechnologie, etc.), dans la perspective d'une alternative à l'hébergement en EHPAD. Il y a donc bien, sous certaines conditions, un marché de la SilverEconomie.

Mais la question de la solvabilité du segment séniors est centrale dans cette approche d'un « nouveau marché », alors même que le contexte économique est sous la menace d'une récession. Notre système de protection sociale ne peut tenir avec un taux potentiel de croissance économique inférieur à 1 % : les prestations de retraite, la couverture des frais de santé, le coût de la dépendance sont exposés à une baisse inéluctable, si ce n'est à une remise en cause. Or, la population des séniors de 50 à 59 ans est particulièrement exposée au chômage et consécutivement à la paupérisation.
• Déjà, 1,2 million de séniors sont indemnisés par Pôle Emploi ; la plupart ne bénéficient plus de l'ARE et donc de la constitution de droits à la retraite. Leur taux de remplacement va chuter, alors mêmes que les réserves des régimes obligatoires complémentaires se réduisent fortement.
• Environ 7 millions de séniors dans cette tranche d'âge sont encore en activité, mais sous la menace des restructurations et des réorganisations liées aux technologies du digital, en particulier les 3 millions dans la plage 55 à 59 ans. Retenons que plus de 8.000 séniors perdent actuellement leur emploi chaque mois ! Seul un sénior chômeur sur 10 retrouve un travail, et dans des conditions moins bonnes que celles de son emploi antérieur.
• Enfin, les quadras, les futurs séniors, soit 10 millions de personnes, sont eux aussi exposés aux risques de déqualification si un effort vigoureux de formation aux technologies du digital n'est pas engagé pour assureur leur future employabilité.

GENERATIONS E.R.I.C. s'est penché sur ces questions et vient de publier un Livre Blanc sur l'employabilité des Séniors et futurs Séniors, en lançant un cri d'alarme : il est urgent d'agir. Plusieurs propositions de solutions pragmatiques figurent dans ce Livre Blanc. Elles concernent chacun ce nous en tant que citoyen mais aussi en tant qu'acteurs engagés et responsables du monde de la protection sociale, de la mutualité et de l'assurance.

http://www.cerclelab.com/images/pres/livre_blanc_emplois_seniors_141009.pdf

Mots clés : senior, silveréconomie
Lectures : 123
Noter cet article
0 votes

Les Partenaires

Le LAB

20 rue Drouot 
75009 Paris 
Métro : Richelieu Drouot (ligne 8 ou 9) ou Le Peletier (ligne 7)
Email : contact@cerclelab.com
Tel : 01 44 83 99 68
Plus d'information